Périnée et sport

Juin est une période de l’année où nous pouvons faire plus d’activités avec peut-être l’intention d’affiner ou d’affermir sa silhouette, pour se sentir plus à l’aise dans son corps plus légèrement vêtus 😉

Je vous ai donc préparer un article spécial SPORT ET PERINEE !

Les adeptes de sport à l’année sont bien sur d’autant plus concernés.

 

Le périnée est l’ensemble de muscles qui assure le soutien des organes du bassin. Certains mouvements et postures malmènent le périnée, exposant davantage aux fuites urinaires par exemple.

Si de nos jours, beaucoup se concentrent pour sculpter leur silhouette en salle de sport, peu considèrent cette zone plus profonde à la force insoupçonnée : le périnée.

Situé tout en bas du bassin, entre le pubis et l’anus, cet ensemble de muscles joue pourtant un rôle crucial dans le soutien de tous les organes de notre bassin, mais aussi de notre posture, de notre équilibre et donc de notre stabilité.

Malgré cela, il reste encore trop souvent négligé et ignoré durant l’effort.

Le périnée s’affaiblit également avec la grossesse, puis à nouveau au moment de la ménopause, mais la pratique sportive peut aussi accentuer une faiblesse.

 

Quelles peuvent être les conséquences d’une faiblesse de cette zone ?

Les plus redoutées sont les fuites urinaires et la descente d’organe.

Pour s’en prémunir, une éducation et une mobilisation de chacun des muscles qui le constitue le périnée reste la meilleure prévention.

La session d’ateliers que je propose plusieurs fois par an à Limoux a cette vocation (prochaine session septembre/octobre/novembre 2022, préinscription dès maintenant recommandées).

Et grande NOUVEAUTE ! Dès la rentrée, vous pourrez également participer à des ateliers d ‘éducation au périnée en ligne ! Est-ce que ça vous tente ?

 

En attendant, voici un ZOOM SUR LES ERREURS LES PLUS COURANTES lors des entraînements sportifs.

Mettre la pression sur la sangle abdominale

En cherchant des exercices pour tonifier le ventre et améliorer votre posture, vous êtes sûrement tombée sur des vidéos de relevés de buste (aussi appelés «crunchs»), et sur ses déclinaisons. Sachez que ces exercices ne sont pas les amis de votre périnée.

Lorsque l’on rapproche les épaules du bassin, on augmente la pression intra-abdominale. Résultat, on appuie davantage sur les organes, ce qui va conduire à pousser sur le périnée. Les tissus musculaires de ce dernier vont alors se distendre et laisser davantage de place au canal urinaire.

Forcer la cambrure

S’il convient d’éviter de trop se plier vers l’avant durant l’effort, l’inverse n’est pas non plus recommandé. Certains sports comme l’aviron par exemple, impliquent de se pencher énormément vers l’arrière. Cela va accentuer la cambrure au bas du dos et cette pression va se répercuter là aussi sur la zone périnéale.

Si l’on suit ce raisonnement, en natation, la brasse est une nage également connue pour fatiguer les lombaires.

Utiliser des poids lourds

Lever des haltères contribue à augmenter le volume musculaire des bras, des épaules ou encore des pectoraux, mais il arrive que le mouvement ne soit pas toujours fait correctement. L’erreur la plus commune est d’oublier de rentrer le ventre et d’oublier de contracter son périnée au moment de la poussée. Or, si ce n’est pas fait, on se retrouve là encore dans un schéma d’hyperpression.

Les sports à impact au sol

Le handball, le basket, le running, le cardio training ou encore la zumba sont des sports dits «d’impact» qui intègrent, comme leur nom l’indique, un impact du pied au sol et des déplacements rapides. Quand on court, l’effet de la gravité se ressent davantage. En appuyant le pied au sol, la force de l’impact remonte dans les jambes jusqu’au périnée, qui amortit tant bien que mal le choc. En faisant pression de la sorte, on s’expose davantage à des problèmes d’incontinence et cela se confirme beaucoup dans la pratique de la course à pied, ce que j’ai appris lors de ma formation avec Blandine Calais Germain.

Abuser du trampoline

Depuis quelques années, le trampoline s’est invité dans les cours de fitness pour faire travailler le cardio et les muscles du bas du corps. Il s’agit pourtant ici de la bête noire du périnée ! Des études scientifiques la considèrent même comme l’activité la plus délétère pour cette zone, car des rebonds intenses et réguliers vont venir faire office de boomerang sur les organes internes. Au bout d’un moment, le périnée ne parviendra plus à amortir le choc.

 

QUE FAIRE EN PREVENTION ?

Aucun de ces sports et mouvements n’est contre-indiqué mais il est toutefois fortement recommander de connaître et considérer cette zone importante afin de savoir la préserver.

Au delà de se forcer à contacter le périnée pendant l’effort, le plus important reste de porter son attention sur sa posture, en se grandissant et en respirant bien, en rentrant le bas du ventre à l’expiration.

En parallèle de la pratique sportive, des séances de gainage sont une protection supplémentaire.

Participer à des ateliers d’éducation du périnée est un plus non négligeable pour apprivoiser en profondeur chacun de ses muscles et être à même d’intégrer finement leur présence à notre conscience.

Si vous souhaitez des informations sur mes ateliers, inscrivez vous à ma lettre d’information ou contactez moi sur: infos@eveil-et-vous.com

 

Christelle
Enseignante de la méthode Périnée et Mouvement®

 

0 commentaires