Rencontrer son Être

Dans cet article j’ai choisi d’utiliser le mot « Âme » bien que dans mon travail j’utilise le mot « Être » et comme vous l’aurez compris, il s’agit de la même instance.

Nous pourrions également la nommer « Moi supérieur », « Enfant intérieur », « Soi », « Guide intérieur », « Intuition », « Présence », « Étincelle Divine », « Esprit créateur », etc…

Il m’en a fallut du temps avant de rétablir une saine communication avec mon âme, ou pourrais-je aussi dire avec moi-même (moi-m’aime), puisque c’est à l’amour de ce que je Suis que cette rencontre me conduit inévitablement.

C’est une démarche à la fois très facile et très compliquée et je souhaite partager avec vous la perception que j’en ai aujourd’hui.

Comment rencontrer son âme ?

J’ai envie de dire qu’il suffit de suivre le chemin qu’elle nous montre.

Mais quel chemin ?

Le chemin du bonheur, de la pleine réalisation de Soi et de l’amour véritable.

C’est un chemin intérieur qui est invisible avec les yeux, un chemin vibratoire que je ne peux que ressentir.

Nul besoin de don particulier pour y accéder, c’est une capacité naturelle donnée à chacun.

Comment nous le montre t-elle ?

A travers nos perceptions. La seule qualité que je dois développer est l’observation, l’écoute de ce qui est. C’est en observant le mouvement de la vie à l’intérieur de moi, les sensations que chaque situation produisent, ce qui déclenche des émotions…Que mon âme m’indique le chemin.

Comment savoir si je suis sur ce chemin ?

Je peux le percevoir à travers la joie, le bien-être, la plénitude, le dynamisme, la légèreté, les sensations agréables, la confiance absolue… que je ressens.

Concrètement, le chemin pourrait être représenté par une ligne sur laquelle peuvent se rejoindre directement ce que je ressens profondément et ce que je fais, dis ou pense.

Lorsque je suis sur cette ligne, je suis à l’écoute de mon âme et j’exprime ma plus belle vibration, mon plus haut potentiel, ma pleine liberté.

Il ne peut y avoir de doute. Lorsque je suis sur mon chemin, je le sais.

Si ce que je ressens profondément et ce que je fais, pense ou dit ne peuvent se rejoindre, se rencontrer, alors je ne suis pas à l’écoute de mon âme et ne peux la réaliser. Je crée un décalage qui me fait sortir de cette ligne. Je me coupe alors de qui je Suis, me sépare, crée la souffrance intérieure qui va automatiquement se manifester dans ma vie.

Par exemple lorsque je fais un choix, que je sens au fond de moi que ça dit non et que je dis oui, je sors alors de mon chemin et je m’éloigne de mon Être profond en ne le reconnaissant pas.

Cela peut simplement être d’accepter une invitation à dîner alors que je me sens fatigué, ou que j’aurais préféré regarder mon émission favorite à la télé. Dans ce cas, je me trompe moi-même, ne respecte pas ce qui émane de mon âme, de qui je Suis et j’alourdis ma vibration.

Je ne peux m’élever et reste prisonnier des pensées de l’égo, des schémas établis par des croyances, des mémoires du passé …

Pourquoi agissons nous ainsi ?

Suivre le chemin de l’âme demande à faire preuve d’une grande honnêteté vis à vis de soi-même.

Il peut sembler plus facile de se raconter des histoires et de rester dans les schémas que nous connaissons même si nous savons pertinemment qu’ils nous sont nuisibles.

Lâcher ce qui nous est familier pour accueillir ce nouvel état d’être qui nous est bien souvent inconnu demande du courage et beaucoup d’entre nous sont encore paralysés par la peur à l’idée de faire ce pas.

Pourtant, c’est comme faire un grand saut. Au moment de sauter, la peur est très présente et elle peut nous empêcher de le faire, alors qu’oser passer cette limite, ce seuil, malgré la peur au ventre que nous ressentons, nous fait passer à une autre étape ou certes, nous ne contrôlons plus rien pendant un instant, puis très vite une nouvelle énergie née de ce passage intense dont nous sortons grandi.

La peur, le doute, la honte, la colère, la jalousie, le jugement, etc… m’indiquent que je ne regarde pas dans la bonne direction, ou plutôt que l’endroit à partir duquel je crée ces projections n’est pas celui de mon âme, que je ne suis pas sur la bonne ligne.

Pour m’y remettre, je dois juste devenir capable de l’observer.

C’est un réel plaisir pour moi de vous accompagner dans ce cheminement libérateur.

Christelle Blanquier.